Nous vous l’annoncions il y a quelques mois dans l’article Concertation “ensemble pour une école inclusive” : diagnostic partagé l’école vit en ce moment des transformations substantielles sous l’impulsion des mesures prises en faveur de l’école inclusive. Les textes de rentrée publiés ces dernières semaines le confirment. La volonté d’instituer un Grand Service Public de l’École Inclusive et d’impulser une “transformation en profondeur” de l’accompagnement des élèves en situation de handicap est clairement affichée. Voici les principaux changements annoncés pour la rentrée :

Une circulaire de rentrée spécifique

La publication d’une circulaire spécifique à l’école inclusive est un signal fort dans la volonté d’avancer dans le domaine. Ce texte développe 7 grandes axes de travail pour la rentrée et précise les actions et les moyens à mettre en œuvre dès la rentrée.

Déploiement progressif des PIALS

Déployé progressivement à partir de la rentrée 2019, les Pôles Inclusifs d’Accompagnement Localisé sont une nouvelle forme d’organisation collective de la gestion des besoins d’accompagnement des élèves en situation de handicap dont les trois grands objectifs affichés sont les suivants :

  • l’accompagnement défini au plus près des besoins pédagogiques,
  • plus de réactivité et plus de flexibilité,
  • professionnalisation des accompagnant et amélioration de leurs conditions de travail.

Principes :

  • un PIAL mobilise l’ensemble des personnels de l’équipe éducative pour identifier les besoins des élèves et mettre en œuvre les réponses adéquates.
  • Un coordonnateur met en adéquation les ressources en accompagnement avec les besoins notifiés par la MDPH et identifiés par l’équipe pédagogique et éducative.
  • A terme les PIAL bénéficieront de l’appui des professionnels du secteur médico-social, coordonné en “pôle ressources”, et qui interviendront dans les établissements scolaires.

Place de l’AESH dans l’équipe éducative :

Les AESH voient une évolution significative, notamment dans la place qui leur est accordée au sein de l’équipe éducative dont elle sont désormais officiellement membres :

  • procédure d’accueil : entretien de présentation, d’accueil avec la famille, l’enseignant et l’accompagnant dans le mois qui suit la rentrée, participation aux équipes de suivi de scolarisation, aux équipes éducatives et à des temps de concertation prévus avec les enseignants.
  • formations consacrées à la coordination entre l’enseignant et l’accompagnant.
  • reconnaissance du métier : dé-précarisation, CDD trois ans
  • amélioration de leur formation
  • accès, comme pour les enseignants, à la plateforme Cap École Inclusive.
  • Livret d’accueil des AESH remis par le directeur.

Un partenariat développé avec le secteur médico-social

Les textes évoquent une structuration de la coopération entre professionnels de l’éducation nationale et du secteur médico-social dans les établissements scolaires. Des formations seront proposés aux personnels médico-sociaux sur la coopération avec les professionnels de l’éducation.

De la compensation à l’accessibilité, une volonté d’en faire l’affaire de tous

Faites-vous la différence entre compensation et accessibilité ? Concernant la mobilité cette notion se comprend facilement. Une personne qui n’a pas l’usage de ses jambes a besoin de compensations adaptées à ses besoins comme l’attribution individuelle d’un fauteuil roulant manuel ou motorisé. Mais elle aura également droit à l’accessibilité des bâtiments dans lesquels elle doit circuler au quotidien ( rampes, ascenseurs, couloirs larges, poignées de portes à la bonne hauteur etc.)

Pour les apprentissages certains élèves ont besoin de compensations (aide humaine, outil informatique, matériel adapté) et d’accessibilité (penser les apprentissages de la classe de manière à ce qu’ils ne mettent pas des élèves sur le bas côté).

En arrière plan de ces mesures et de la mise en place de l’école inclusive, c’est le concept d’accessibilité et d’universalité des apprentissages qui se développe. Les textes cités ci-dessus évoquent très peu le rôle de l’enseignant spécialisé dans ce processus. Celui-ci se décale de plus en plus d’un intervenant direct auprès des élèves vers celui de personne ressource auprès des équipes. On voit bien ici une volonté marquée de faire de l’école inclusive l’affaire de tous, les équipes éducatives s’élargissent et la place de chacun y est modifiée.

Des outils à s’approprier :

On relève que les circulaires de rentrée généralisent des outils qui existent déjà et font mentions d’autres, nouveaux :

Pour en savoir plus, retrouvez l’intégralité de ces textes :