Ce nouveau mot maori, signifie “son propre espace-temps” et désigne les personnes atteintes d’autisme. Il a été imaginé par Keri Opai, responsable au centre de gestion de la santé mentale, des addictions et des handicaps en Nouvelle Zélande. Ce nouveau mot, parmi 200 autres, vise un enrichissement de la langue et invite à la réflexion sur “la manière dont on parle des handicaps” selon Keri Opai .

Un nouveau croisement de ces espaces-temps est apparu dans la commune de Cambo-les-Bains au Pays Basque.

Voilà plusieurs semaines qu’à l’école Sainte Marie, des élèves “différents” évoluent dans la cour, dans leur classe, au milieu des autres.
“Différents” ?
Différents parce qu’ils sont atteints de trouble du spectre autistique ou différents parce qu’ils ont une déficience intellectuelle moyenne ou profonde.
C’est ainsi que tous les matins depuis octobre, 7 élèves de l’IME Francessenia font classe au sein de l’école Sainte Marie. Ils arrivent en mini-bus avec leur enseignant et leur éducateur et passent la matinée dans l’établissement, et retourne à midi à l’institut. Nous sommes au début de la concrétisation du projet. D’ici la fin de l’année scolaire c’est la journée entière qu’ils resteront.

Mais ne nous pressons pas,

le maître-mot est le TEMPS.

 

Le temps de la réflexion :
L’année dernière a été consacrée à l’étude du projet. L’IME cherchait un établissement pour accueillir certains de ses élèves en classe dite externalisée : on prend les élèves, l’enseignant, l’éducateur, et on déplace tout ce beau monde dans une salle de l’école qui accueille.
Le temps de la rencontre:
Chaque enseignant de l’école a pu aller une demi-journée à l’ime pour rencontrer le personnel, le corps enseignant, les élèves. Ce temps d’échanges indispensable a permis de lever des doutes, des appréhensions. C’est sans jugement, sans crainte que des questions ont été posées et des réponses données. Les parents ont été conviés à un temps d’échanges avec les membres de l’institut, le psychologue a mis des mots sur “autisme”, “déficience”.
Le temps de l’installation :
Les élèves de l’ime ont pris le temps de venir visiter l’école d’abord pendant un temps de classe, pour prendre connaissance avec les locaux dans le calme. Petit à petit, ils ont déménagé leur matériel et ont commencé à venir chaque matin depuis octobre. Ils se donnent quelques mois pour finalement venir la journée entière.
Le temps de l’inclusion :
Le premier objectif pour les élèves de Francessenia est la socialisation. Ils se sont présentés aux élèves de chaque classe de l’école. Aujourd’hui ils partagent avec eux les temps de récréation, déjà des liens se créent, entre élèves mais aussi entre élèves de l’ime et enseignants de l’école. L’inclusion se fait jour après jour, sans contraintes ni obligations, chaque enseignant est libre de proposer ces temps d’inclusion. Et ça marche! Petit à petit, des propositions naissent : lecture d’albums, sorties, participation à un projet d’écriture de lettre pour Noël pour les résidents d’une maison de retraite voisine..

La loi sur le handicap et l’inclusion sociale date de 2005, déjà 12 ans, mais avec le temps, nous y arrivons et nous en avons à l’école Sainte Marie un bel exemple.

Donnons du TEMPS à de tels ESPACES,

et de l’ESPACE au TEMPS,

pour que nos regards évoluent sur les personnes désormais,

“Waikaha”.

%d blogueurs aiment cette page :