Depuis la loi de 2005, nous avançons à petits pas vers une société plus inclusive dans laquelle l’école tient une place essentielle. Ce chemin vers l’accueil de « tous » est parsemé de belles réussites ici ou là mais aussi, nous devons bien le reconnaître, de nombreux freins…

Localement, certains établissements ont déjà ouvert leurs portes afin d’accueillir et travailler en partenariat avec des établissements du secteur médico social (ESMS) pour la mise en place des Unités d’Enseignement. Une école tisse depuis déjà quelques années un partenariat avec l’association Chrysalide autour du dispositif AVA accompagnant des élèves avec un trouble du spectre autistique. Aujourd’hui, un ensemble scolaire travaille avec deux ESMS sur un dispositif inter SESSAD qui permettra d’accompagner des élèves en situation de handicap au plus près de leur lieu de scolarisation. D’autres possibles sont peut-être en bourgeon ici ou là…

Toutes ces expériences humaines et professionnelles encore trop rares sont, une fois les premières barrières levées, enrichissantes pour tous. Elles nécessitent bien sûr, quelques ajustements pour parvenir à se rejoindre car se comprendre entre personnes issues de cultures professionnelles différentes ne s’improvise pas…

Des ponts et des passerelles sont à penser, à construire et à vivre entre le monde médico social et celui de l’Ecole. Ces deux univers qui ont vécu jusque là de façon parallèle et complémentaire vont être amenés à se rejoindre dans un avenir proche pour travailler ensemble. Tous les indicateurs, tant du côté de l’ARS (Agence Régionale de la Santé) que de celui de l’Education Nationale, sont très explicites sur ces perspectives.  

 « L’homme n’est pas fait pour construire des murs mais des ponts » Lao Tseu

Nous avons déjà eu l’occasion de faire référence au document « Ensemble pour l’Ecole inclusive » publié en février 2019 dans cet article récent. Depuis, l’ONU, sous la plume de Catalina Devandas a publié un rapport assez sévère sur la situation des personnes en situation de handicap en France. Cette dernière souligne le retard de la France dans ce domaine et encourage fortement la « désinstitutionnalisation » à savoir, l’ouverture des ESMS en déplaçant les personnels enseignants, éducateurs et rééducateurs de ces établissements dans les lieux de vie des enfants, des jeunes, des adultes.  D’autres pays européens ont pris ces options depuis longtemps déjà.

Pas la peine de faire les autruches, l’Ecole est concernée en première ligne par cette évolution. Pourtant, nous devons bien le reconnaître, à l’intérieur du système scolaire, sur le terrain, encore très peu de signes visibles nous indiquent que la réflexion entre les différents acteurs est en route pour anticiper et accompagner ces changements. 

Cette transition vers une École «plus et mieux inclusive » est vraiment l’affaire de TOUS. Ces nouvelles perspectives vont venir nous bousculer et nous enrichir encore un peu plus individuellement et collectivement au sein de nos communautés éducatives: 

  • sur le plan de l’éthique, des valeurs communes, des mentalités 
  • sur le plan professionnel avec la nécessité de penser encore mieux l’accessibilité pédagogique. 
  • sur le plan de la formation des enseignants (initiale et continue) mais aussi le besoin de formations communes entre enseignants et professionnels des ESMS
  • sur le plan des temps de concertation entre les différents professionnels qui accompagneront l’enfant, le jeune.
  • sur le plan de l’accompagnement du parcours de scolarisation de l’élève avec sa famille. 
  • sur le plan des espaces et des locaux dans les établissements (accessibilité certes mais aussi lieux pensés pour les rééducations)
  • sur le plan de la réécriture de nos projets éducatifs d’école ou d’établissement.
  • sur le plan de la responsabilité des CE avec les différents professionnels intervenant dans le lieu École (enseignants, rééducateurs…) 

Ces quelques lignes ont juste pour objet d’informer sur les perspectives de l’éducation inclusive et de partager avec vous quelques pistes de réflexion afin d’anticiper et de se préparer au mieux et en équipe aux changements à venir…

Pour celles et ceux qui souhaitent commencer à poser un regard sur la façon dont se vit déjà  l’éducation inclusive dans leur propre établissement, nous vous conseillons de consulter l’outil  QUALINCLUS. Ce document de travail pourra être une aide pour initier la réflexion des différents acteurs de la communauté éducative autour de l’inclusion scolaire de tous les enfants, sans aucune distinction. Initialement prévu pour les établissements du secondaire, la démarche peut  aussi servir de trame et être une aide pour ceux du 1er degré.

   

Photo graffiti espace Darwin Bordeaux.